Maison de Ventes aux Enchères - 22, rue Drouot - 75009 Paris - France - T. +33 (0)1 42 46 96 95 - F. +33 (0)1 45 23 16 32 - contact@ogerblanchet.fr
  • United-Kingdom

LA FAYETTE Marie-Joseph-Paul-Yves Roch Gilbert Motier, marquis de.

Lot 12
1 800 - 2 000 €
Résultat: 1 800 €

LA FAYETTE Marie-Joseph-Paul-Yves Roch Gilbert Motier, marquis de.

Ensemble de 4 lettres signées dont 2 entièrement autographes. Du 29 septembre au 13 décembre 1819 ; formats in-4°. - LAS. Paris 29 septembre 1819 ; 1 page 1/2 in-4°. " Ma lettre à M. Gousseaulme (?) vous mettra au courant de son état de l'affaire recommandée par lui. [...]. Nous avons recuM. Delaux pour l'affaire deM. Juge, il nous avait écri ce que je vous envoïe. M. de Caux dis que les deux maréchaux des logis du département ne sont pas dans le cas d'être déplacés à moins qu'on ne propose de l'avancement pour l'un d'eux. Il sera impossible de faire M. Juge oficier avant qu'il ne soit réintégré dans son grade ce qui renvoïe cette promotion à l'année prochaine. M. de Caux offre de le placer marechal des logis dans le poste le plus près de la Sarthe ou il y aura balance, il n'est pas douteux qu'il ne soit officier l'année prochaine ". Il est ensuite question de pension, de n'avoir pu rencontrer le ministre des Finances. - Lettre du ministre des Finances au marquis de La Fayette. Paris 24 septembre 1819 ; 1 page in-folio. Sur le départ d'un soldat pour le régiment d'Afrique. - LA. Paris 20 novembre 1819 ; 3/4 page in-4°. " Je suis arrivé hier au soir, [...] pour ma réunion de députés chez M. Laffitte. Mon collegue Ben. Constant m'a dit qu'il n'avait pas de vos nouvelles depuis huitaine de jours; j'ai à vous remercier d'une bonne lettre deja ancienne qu'il avait gardé d'abord pensant que nous allions nous revoir ici ou à La Grange [...]. Il court des bruits de prolongation, j'espere qu'ils ne sont pas vrais. Les journaux vous parlent de mouvements interieurs dans le ministère pour lesquels on s'y prend un peu tard ce qui varient tous les jours. Nous n'auront qu'à recevoir, ministère et projets tels qu'ils nous apparaitrons lorsqu'enfin on jugera à propos d'ouvrir las ession ", etc. - LS. Paris 30 novembre 1819 ; 2 pages 1/2 in-4°. " Mon collègue Constant a si souvent et si bien ecrit dans tous ces derniers tems que j'ai pensé qu'une correspondance de La Grange devenait superflue. [...] Vous allez recevoir le discours du Roi. Nos deux collègues Hardouin et Picot étaient arrivés pour la séance. Nous etions tous les quatre à une réunion assez nombreuse de députés du coté gauche hier au soir chez M. Laffitte. On est convenu que la défense de la Charte et de la loi des élections devait etre notre principal objet dans cette session. cette résolution aét é unanime. On est convenu que ce serait la base et le principe de notre réunion vous connaissez ma déclaration du 11 juillet 89. D'après ces doctrines il y aurait bien des choses à dire sur l'origine et les imperfections de la Charte et sur l'aristocratie de la loi des élections. Vous avez vu dans nos conversations de La Grange que je ne répugnais pas aux améliorations; mais il m'est démontré que l'intérêt comme le voeu de la patrie est, dans ce moment, de ne toucher ni à la Charte où tant de droits sont reconnus et tant d'intérêts nationaux sont garantis, ni à la loi des elections dont les résultats doivent rassurer les amis de la Liberté autant qu'ils inquiettent ses ennemis ". - LS. Paris 13 décembre 1819 ; 2 pages 1/4 in-4°. " J'ai toujours attendu pour vous ecrire [...] que les affaires de la Chambre eussent pris une physionomie décidée. Celle de la séance du 6 etait hideuse. Les journaux vous en ont rendu compte ainsi que des discours des orateurs invités par le côté gauche à défendre la question. J'aurais à vous donner bien des détails si nous etions encore à La Grange. Notre collègue Constant semble se multiplier dans l'emploi de ses admirables talents. Il y a quatre jours que la Chambre choisissait pour Vice président MM. Lainé, Villelle et Bellart. Avant hier en formant la commission de l'adresse, elle a donné la majorité aux amis de la Charte et de la loi des elections. Demain, dans la séance secrète sur l'adresse et sur la contre adresse nous y verrons peut etre plus clair. En attendant vous reconnaitrez que j'avais eu quelque raison de témoigner de l'incertitude sur la majorité définitive. Je crois pourtant qu'elle sera pour nous. Les amis de la Liberté et de l'Ordre public et nommement ceux dont les opinions seraient plus populaires que la Charte et la loi des elections, sont particulièrement d'accord sur al nécessité de défendre l'une ou l'autre dans les circonstances actuelles même contre les améliorations comme ils ont toujours pensé et professé que ce n'était pas à des autorités constituées qu'il appartenait de reviser à leur fantaisie le pacte social. Manuel a dit à la tribune qu'il craignait la contrerévolution. M. Corbière a répondu qu'il ne la craignait pas ", etc.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue